Pamela Diaz

Pamela Diaz est docteur en Lettres, dilpômée de l’université de Berkeley, en Californie, et professeur, spécialiste des oeuvres du Moyen-âge. Elle compare dans cet entretien la pensée de Victor Chklovsky et le court-métrage du brésilien Jorge Furtado "L’île aux Fleurs" disponible en ligne sur internet :

http://www.youtube.com/watch?v=cVDxctavOEo

COMMENTAIRES

Ajouter un commentaire

Pour poster, vous devez vous identifier

de Pamela

Je viens de tomber sur cette citation dont l’approche me semble assez parallèle : "C’est très joli la vie, mais cela n’a pas de forme. L’art a pour objet de lui en donner une précisément et de faire par tous les artifices possibles—plus vrai que le vrai." (Anouilh, La Répétition)

de Maia

Fascinante reflexion sur le role de l’art dans la vie quotidienne. Ce n’est pas sans rappeler les theories de Bergson sur l’automatisme, qui empeche lui aussi de voir et de ressentir.

de Sylbao

J’aime beaucoup cette idée. Ça me fait penser à Amélie Nothomb qui avait dit "Regardez les enfants de trois ans, dans le métro, ils ont les yeux grands comme ça, mais ils ont raison ! On devrait tous être comme ça." Mais je crois que l’automatisation est aussi très liées aux certitudes, aux convictions, ou aux connaissances, à la construction de l’identité. Aussi si notre esprit était celui d’un enfant éternel, toujours surpris et finalement sans rien sur quoi s’appuyer, ce serait sans doute une aventure très difficile à vivre... Si tout est étrange, alors pourquoi prendrait-on des habitudes, telles que manger, dormir, ou respecter les autres ?