J'arrête de râler, de Christine Lewicki

0 / commenter

Ne plus râler, mais célébrer !

 

Pourquoi on râle ? Nous râlons en moyenne entre 15 à 30 fois par jour... sur nos enfants, notre conjoint, le serveur d'un restaurant ou dans les embouteillages, au travail ou sur la météo et sur tout ce qui ne fonctionne pas selon nos besoins. 

Et puis, râler, c'est une conversation facile, ça crée des liens entre les gens, ça ne demande pas de réfléchir.  comme l'explique Christine Lewicki, l'auteur du livre J'arrête de râler, un guide efficace sur le chemin d'une vie sans râleries.

Car râler est une statégie qui nous épuise. Et Christine Lewicki s'est retrouvée un soir dans son lit ayant l'impression d'avoir subi une journée pourtant ordinaire. Cest le déclic. Elle se lance dans un challenge. Formée en tant que coach aux méthodes californiennes de développement personnel en 21 jours, elle décide de changer sa vie.

Objectif : ne plus râler pendant 21 jours consécutifs à haute voix, (râler dans sa tête, ça ne compte pas). Cela lui prend plusieurs mois pour y parvenir. Pour se motiver, elle crée un blog et chaque soir publie une vidéo, réalisée simplement devant son ordinateur, en racontant les apprentissages de sa journée, ses réussites ou ses échecs.

Mais c'est quoi une râlerie ? Lewicki nous explique que c'est une question de :

- Positionnement : on se place dans le rôle de la victime qui subit, et l'on accuse un coupable. La râlerie s'avère donc différente de la colère qui peut être l'expression d'une situation insoutenable, et se manifester par des cris sans accuser personne. Dans la râlerie, on marine dans nos pensées négatives.

- Ton : en général, on hausse le ton, on y place du reproche, en tous cas, des choses désagréables.

- Mot juste : dans la râlerie, on exagère, un petit drame devient vite une catastrophe et nos mots aussi amplifient les évènements.

 

Râler est pour chacun de nous un automatisme : on n'y pense même plus, ça sort tout seul. Ne plus râler nous demande de faire un effort conscient sur nous-même, et c'est très difficile, car on se programme plutôt pour ne pas changer.

Pour modifier cette habitude bien ancrée dans notre cerveau, Christine Lewicki propose de nouvelles stratégies : d'abord de porter un bracelet visible à notre poignet et à la moindre râlerie, le bracelet change de bras, signe visible qu'il faut remettre le compteur du challenge à zéro ! Et l'on prend ainsi conscience du nombre de nos râleries par jour !

Puis, cela demande de nous contrôler consciemment, d'identifier les raisons de nos râleries et de trouver une autre manière de réagir. Après ce challenge en 21 jours, l'effort devient de moins en moins conscient et d'autres automatismes se mettent en place pour le bien-être de tous.

Le pire, c'est qu'on râle surtout sur ceux qu'on aime... C'est avec notre famille ou nos proches que nous avons le moins de patience. Christine Lewicki en sait quelque chose en tant que maman de trois enfants. Dans son autre livre J'arrête de râler sur mes enfants (et mon conjoint), Lewicki a choisi de coécrire en famille justement, avec sa soeur Florence Leroy, experte en parentalité. Quelles sont leurs recommendations ?

- "Quand j'exprime une frustration, je le fais sans accuser et sans dramatiser. Je parle de ce que je ressens et j'apprends à avoir le mot juste".

- J'utilise le "je" et non pas le "tu" ou le "vous" qui accuse comme "tu ne fais rien pour m'aider"...

- J'exprime ce que je ressens.

- "Je communique avec les personnes concernées par mon problème, et je ne râle pas dans leur dos".

- Puis je leur formule une demande précise, et je demande leur accord de façon claire. Je peux négocier avec l'autre jusqu'à ce qu'un accord soit trouvé. Il ne suffit pas en effet de déguiser un ordre sous des paroles douces !

 

Pour créer une famille extraordinaire, plutôt que d'imposer, il faut inviter l'autre à coopérer. On peut ainsi (et vous trouverez dans le livre bien d'autres astuces) :

_ Semer des messages d'instructions sur des post-its, les plus ludiques possibles.

_ Ecrire les routines quotidiennes de chacun et de les afficher dans la maison.

_ Faire un tableau rassemblant les projets pour la vie de famille...

 

Mais ne plus râler crée un vide. Que faire à la place ?

Christine Lewicki nous déclare : "quand on arrête de râler, le problème, c'est qu'on ne sait plus quoi dire à table en famille, autour de la machine à café, quand on va boire un verre... On réalise que nos conversations étaient basées sur des râleries. On est bien embêtés. On a besoin d'être en lien avec les autres. Alors je propose de parler de ce qui va bien, de nos projets, de ce qui nous fait vibrer. On a développé un tel art de parler de ce qui va mal, qu'on peut développer l'art de parler de ce qui va bien."

Comment célébrer ?

- Dire merci aux gens : "merci, quand tu as fait ça pendant la réunion, tu m'as sortie d'un pétrin" ou "merci, tu as respecté la deadline, ça m' apermis de finir ce truc-là"...

- Prendre le temps de dire aux gens ce qu'ils nous apportent.

- Faire un rituel de célébration le soir au dîner en couple ou en famille ou entre amis... "C'est voir et dire ce que la journée nous a apporté d'heureux. Qu'est-ce que j'ai fini, qu'est-ce que j'ai commencé, qu'est-ce que j'ai découvert, qui j'ai rencontré, ce que j'ai ressenti", précise Lewicki.

- Développer d'autres conversations que celles autour de l'argent, des échéances, de la logistique... "Nos enfants, le matin, on ne fait que leur parler de se préparer. Quand ils rentrent, on leur demande s'ils ont bien appris"...Alors "le matin, quand je réveille mes enfants, je leur parle de ce que la journée leur réserve : "qu'est-ce qui se passe pour toi aujourd'hui ?" Et le soir, on peut en reparler".

 

Pour commander ses livres, rendez-vous ici sur Amazon :

J'arrête de râler ! Un livre précieux, un livre nécessaire

J'arrête de râler sur mes enfants, et mon conjoint : 21 jours pour changer

 

N'hésitez pas à nous laisser votre commentaire sous cet article, vos avis est bienvenue, merci beaucoup !

Article et propos recueillis par Laureline Amanieux. 

Pour explorer les sites de Christine Lewicki :

http://jarretederaler.com/

http://www.christinelewicki.com/

Crédits photographie portrait de Christine Lewicki par Olivier Dion

Remerciements au magazine MUZE chez Bayard presse.

© Web TV Savoirchanger, 2015.

Revenir

COMMENTAIRES

Ajouter un commentaire

Pour poster, vous devez vous identifier