Que changer dans votre vie ? Et dans la société ?

0 / commenter

Que changer dans votre vie ? Et dans la société ? C’est la seconde question que via mails et réseaux sociaux, l’équipe de savoirchanger.org a posée. Nous ne citons que les prénoms des intervenants par respect de leur vie privée.

 Merci pour ces magnifiques paroles de changement qui viennent de vous, de nous tous, illustrées par la pochoiriste poétique Miss TIC.

Hanouna a répondu : "Dans ma vie ? J’aurais tendance à écrire "rien", tant je suis persuadée de vivre ce qu’on appelle généralement le bonheur... Je serais moi-même choquée par ce que j’écris, je me taxerais d’égoïsme, si je ne rajoutais pas : "et ce bonheur, je veux de tout mon être le distribuer aux autres". Ne serait-ce que par le sourire, ce que je tente d’introduire dans mes oeuvres, artistiques ou littéraires. Et je n’oublie pas un brin d’humilité.... hum... difficile, ça ! Dans la société ? Moi !!! Pour que le reste suive... "

Dévore Alice demande : "que notre besoin de consolation soit possible à rassasier... "

Christian veut "refuser « le toujours plus » distillé par les médias, la logique économique de surconsommation. Retrouver les valeurs humaines fondamentales au milieu du maelström des changements imposés. Percevoir les valeurs spirituelles essentielles".

Christelle dit : "Je n’ai rien envie de changer dans ma vie, je l’aime telle qu’elle est, avec tous ses petits riens de bonheur et ses jolies peines... J’aimerais que chacun prenne du temps pour soi, pour s’écouter, afin d’être plus disponible aux autres...et un peu plus de rêves, de magie, d’émerveillement."

Nathaniel voudrait "créer de l’ordre et du calme dans la vie de ma famille (préparer les repas, plier les chaussettes). Dans la société : virer les voitures, toutes les voitures !"

Annick déclare : "J’ai renoncé à changer depuis quelque temps parce que j’ai renoncé à tout acte volontaire ou volontariste. Je vois la guerre, je vois la pauvreté, je vois la souffrance, je vois la misère. Quand je peux alléger un peu cette souffrance, j’agis. Je vois aussi la beauté, la créativité. Je sens aussi l’amour, la reconnaissance. Quand je peux nourrir ces sentiments, j’agis. Je suis là présente. Et j’essaie de cultiver chaque jour cette présence, cette conscience par delà le Bien et le Mal, comme aurait dit Nietzche"

Maïa nous dit : "J’admire les gens complètement dévoués aux autres, ou alors, seulement à une cause (la musique, la peinture), car j’ai tendance à m’éparpiller. J’aimerai soit pouvoir être totalement généreuse, soit m’oublier dans un élément. Dans le monde, les gens devraient avoir plus d’empathie et au lieu de penser au passé et à la vengeance, penser à l’avenir et à ses possibilités."

Sylbao voudrait que les choses continuent à changer comme elles le font sans cesse...

Françoise changerait bien son "stress ! Et dans la société, la violence, l’agressivité."

Pauline cherche "quelle attitude, quel comportement, quelle solution, quel conseil, quel exemple.... pour apaiser les blessures et les injustices. Combattre les erreurs qui frappent ceux qui nous sont chers".

Rolande changerait "les limites de mon possible, les actes répétitifs, sans intérêts dont on pourrait se passer : embouteillages, paroles inutiles, parfois agressives...maladies inguérissables, les pauvretés, les souffrances inutiles, la solitude, toutes ces injustices auxquelles on assiste impuissant". 

Myriam dit : "Je voudrais me sentir plus proche de mon entourage et plus à leur écoute. Et dans la société autour de moi, les personnes imbues d’elle-même, intolérantes, qui jugent sans chercher à comprendre.

L’équipe de "Savoirchanger".

© Web TV Savoirchanger, 2011.

 

Revenir

COMMENTAIRES

Ajouter un commentaire

Pour poster, vous devez vous identifier