Que proposez-vous pour changer nos vies ?

0 / commenter

Vos pistes de changements, vous nous les avez adressées par mails. Nous choisissons quelques écrits anonymes des rues, photographiés par des internautes (voir les sources dans "Aller plus loin !" en fin de cet article) pour leur servir de miroirs poétiques.

Il nous est tous arrivés en effet de marcher dans la rue et de figer notre pied en l’air juste avant qu’il ne se pose sur l’un de ces aphorismes des trottoirs, un simple mot parfois, à la craie ou au pochoir, et qui, comme vos paroles, ont cette vertu de réveiller nos esprits.

Antoine déclare : "pour changer le monde, il faut "penser globalement et agir localement", par exemple, allez faire vos courses en vélo plutôt qu’en voiture, ça limite la pollution aérienne, sonore et visuelle des autos dans nos villes, ça vous fait faire du sport et vous retrouverez vos émotions d’enfants sur votre premier tricycle !"

Hanouna dit : "ne plus voir ni reprocher chez l’autre ce qu’on aimerait pas qu’on trouve encore chez soi !!! Se trouver, s’aimer et s’estimer. Ne pas se poser trop de questions mais se poser les bonnes !"

Nathaniel voudrait "ne pas se fâcher. c’est désagréable et puis la plupart du temps ça sert à rien."

Dévore Alice aimerait "que les êtres qu’on aime ne soient jamais loins de nous."

Christian souhaite "reconnaître l’autre comme infini, percevoir l’autre comme le « non-inventoriable » Sortir de soi même pour se rendre disponible à l’autre, rompre les clôtures de l’égoïsme. Découvrir que le don enrichi, que l’on ne possède que ce que l’on donne, que l’on devient libre qu’en rendant libre, que l’on existe que dans la mesure ou l’on existe pour autrui. Ces postures permettent d’entendre la Voix venant d’une autre rive."

Christelle nous incite à "oser demander la lune pour obtenir un grain de riz"...

"On prendra ce que la lune nous donnera" répond un groupe de rappeurs dans la rue.

Annick lance : "demandez, et vous serez exaucés !

Marie ajoute : "le coeur doit toujours se porter haut"... "profitez de chaque seconde de douceur".

Pour Françoise, il faudrait "travailler sur soi, savoir distinguer l’important du futile, être ouvert aux autres. "

Pauline pense qu’"avoir souffert peut-être source d’enrichissement, d’évolution, d’amélioration, de changement..."

Joseph souhaite "que ma propre attitude puisse être un miroir du bien, un appui pour un changement positif."

L’équipe de "savoirchanger" vous remercie tous ! 

© Web TV Savoirchanger, 2011. 

 

Revenir

COMMENTAIRES

Ajouter un commentaire

Pour poster, vous devez vous identifier