Rester ouverts d'esprit

0 / commenter

Rester ouverts d'esprits

 

Témoignage de Sodarile, 40 ans, indienne :

"Je travaille pour FSL India depuis 1 an maintenant. Auparavant, j'étais conseillère en violences domestiques envers les femmes. L'argent m'importe peu. L'essentiel est que je sois satisfaite de ce que j'ai fait à la fin de la journée. Simplement me sentir bien.

Ce pays est multiculturel. On y compte 22 langues officielles et 6 religions principales (sans compter les divergences politiques !). L’Inde essaie de trouver l'unité dans la diversité. Je crois qu'on peut dire qu'elle a réussi : c'est un succès en quelque sorte. Tout du moins, si tout le monde pense ainsi, cela peut être un succès.

En Inde il existe aussi des différenciations entre les genres. Les mâles sont dominants : on est élevés dans cet esprit. Les hommes sont à la tête de la famille, ce sont eux qui décident, et c'est tout. Bien sûr tous les hommes ne sont pas comme ça. De surcroît, la nouvelle génération est en train de changer. Mais cela prend du temps. De plus, je pense personnellement que les femmes ont une part active à jouer dans ce changement. Il ne faut pas que l'on se contente de blâmer les hommes, les femmes aussi doivent réagir. La femme (indienne, mais toutes les autres aussi) ne doit pas tout accepter. Elle doit s'exprimer, elle doit essayer de dire ce qu'elle pense.

C'est en ouvrant des horizons et en montrant qu'il existe d'autres options que l'on fera avancer les choses. Je pourrais prendre ici l'exemple de ma propre famille. Ma sœur aînée a été mariée à 16 ans à peine. Autrefois les femmes ne savaient pas. Maintenant cela n'a rien à voir, mais avant c'était bien différent. C'était très dur. Pour ma part j'ai eu de la chance. De par mes études, j'ai été exposée à d'autres idées. Dès lors j'ai commencé à me poser des questions et à réfléchir à mes perspectives de vie. Il s'agit d'envisager des alternatives et de chercher les options possibles. Montrer et faire réaliser que cela pourrait être autrement.

Lorsque je dis que les femmes doivent s'exprimer, je ne veux pas dire qu'il faut qu'elles crient ou qu'elles se battent. Il s'agit juste de dire les choses, d'essayer de dire ce qu'elles pensent. Le début de tout, c'est de s'exprimer. Je crois très fort en cela. Mon travail, mon propre espace, mon propre temps aussi : il est très important de faire respecter cela. Vous devez vous battre pour vos propres droits.

Ce que je voudrais dans ma vie, et ici avec FSL, c'est de réussir à faire changer un peu les choses. Pour cela il faut que nous touchions plus de communautés. Il faut apporter nos idées aux enfants. Nous, nous sommes déjà âgés, et nous portons en nous tous les principes d'avant, qu'on le veuille ou non. Il n'est pas possible de tout casser en un seul coup, soudainement. Pour les enfants ce sera plus facile, ils sont ouverts aux nouvelles idées. Ce que je souhaite vraiment, c'est les exposer à de nouveaux horizons, le plus possible.

Il y a de fausses idées sur l'éducation ici. De plus en plus de jeunes hommes, mais aussi de jeunes femmes font des écoles d'ingénieur. Or être ingénieur ne signifie pas être éduqué. Cela donne un savoir théorique dans un domaine précis et vous confère un statut social, ceci dit cela n'apporte rien à votre vie. L'éducation c'est autre chose. Il s'agit d'étudier la vie : voilà ce qui manque. Il faut s'ouvrir l'esprit, échanger, être confronté à la différence et aux changements.

J'ai rencontré beaucoup de femmes. Je me souviens d'un cas précis. Une femme avait été victime de son mari, qui ne l'aimant plus, lui avait jeté de l'acide au visage. La réaction première des femmes autour de moi dans mon atelier a été de se demander ce qu'elle avait fait de mal pour mériter cette punition. Comment peut-on se poser cette question ? Je suis là pour leur faire réaliser que cela ne va pas. Que son mari ne l'aime plus, soit ! Mais ces femmes doivent comprendre que même si c'est le cas, l'homme n'a pas le droit de la punir, surtout de cette façon.

L'injustice de ce cas est flagrante me direz-vous. Mais n'oublions pas qu'il nous faut aussi réfléchir en général à la façon dont nous voyons la vie et dont nous considérons les autres. Restez ouverts d'esprits. Si nous ne faisons pas cet effort, la vie n'a aucun sens."

Propos recueillis par Marion Vandekerckhove. 

Pour se renseigner et s'engager dans FSL India, visitez le site en cliquant ici.

"Our long-term Volunteering Program can durate from 6-12 months. There‘s a long range of possibilities for you to make an impact in social work, environmental projects, construction and teaching. You will work in close contact with locals and get valuable experience and skills."

© Web TV Savoirchanger, 2014.

Revenir

COMMENTAIRES

Ajouter un commentaire

Pour poster, vous devez vous identifier