LES CITATIONS

Pour poster, vous devez vous identifier

Votre message sera en ligne dès validation par www.savoirchanger.org
Conditions d’utilisation du forum

de joyce

L’esprit oublie toutes les souffrances quand le chagrin a des compagnons que l’amitié console
W.shakespeare(le roi Lear)

de Laureline

"Si le monde avait un peu de solidarité et d’amour, il y aurait moins d’abjection. Se venger de la souffrance par la souffrance au lieu de tenter de dire ce qui ne s’est pas dit, ne peut rien alléger du tout. Rien de plus violent, de plus terrible que le silence. Poser sa colère sur l’expression est une façon de s’alléger. Les mots guérissent en ce sens-là. Le plus grand miroir est celui des mots. C’est comme une pelote, dès que l’on tire sur un mot il y a tout un filqui vient, une mémoire. Et ce fil peut devenir un cordon ombilical. L’on va tirer très loin, jusqu’au lieu d’où l’on vient."

Mounsi, "Territoires d’outre-ville"

de Laureline

subjuguée par la modernité d’etienne de La Boétie, écrivain humaniste, ami intime de Montaigne car son "Discours de la servitude volontaire" est valable aujourd’hui plus que jamais face aux tyrans politiques, aux extrémismes religieux ou sociaux ou même à toutes ces situations de la vie quotidienne où nous laissons l’autre abuser de son pouvoir sur nous :

"Soyez donc résolus à ne plus servir, et vous serez libres. Je ne veux pas que vous le heurtiez (le tyran), ni même que vous l’ébranliez, mais seulement que vous ne le souteniez plus : vous le verrez alors, comme un grand colosse dont on dérobe la base, tomber de son propre poids et se briser."

de Anonyme

"Sois le changement que tu veux voir dans le monde." (Gandhi)

de Laureline

"C’est la chaude loi des hommes
Du charbon ils font du feu
Du raison ils font du vin
Des baisers ils font des hommes"

Paul Eluard.

de Sam

C’est en étant heureux soi-même qu’on rend heureux les autres et c’est en rendant les autres heureux qu’on le reste.

de Anonyme

"Aimer quelqu’un c’est l’entendre raconter sa vie et la lui raconter à son tour.... Nous avons tous besoin d’un récit pour exister"

Michel Serres.

de Dj Icon

"Quand je m’emmerde, je marche.

Je regarde mes pieds
et ceux d’autres personnes.

Le chemin c’est eux qui le tracent.

Vu du ciel, on dessine tous
un énorme schéma actif et mobile.

Puis on laissera place
à d’autres formes de vie

Chacun ensemble
et tous pour toi."

DJ Icon, membre des Streetboomings.

de Reine

Combien de temps...
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures, combien ?
Quand j’y pense, mon coeur bat si fort...
Mon pays c’est la vie.
Combien de temps...
Combien ?

Je l’aime tant, le temps qui reste...
Je veux rire, courir, pleurer, parler,
Et voir, et croire
Et boire, danser,
Crier, manger, nager, bondir, désobéir
J’ai pas fini, j’ai pas fini
Voler, chanter, partir, repartir
Souffrir, aimer
Je l’aime tant le temps qui reste

Je ne sais plus où je suis né, ni quand
Je sais qu’il n’y a pas longtemps...
Et que mon pays, c’est la vie
Je sais aussi que mon père disait :
Le temps c’est comme ton pain...
Gardes-en pour demain...

J’ai encore du pain
Encore du temps, mais combien ?
Je veux jouer encore...
Je veux rire des montagnes de rires,
Je veux pleurer des torrents de larmes,
Je veux boire des bateaux entiers de vin
De Bordeaux et d’Italie
Et danser, crier, voler, nager dans tous les océans
J’ai pas fini, j’ai pas fini
Je veux chanter
Je veux parler jusqu’à la fin de ma voix...
Je l’aime tant le temps qui reste...

Combien de temps...
Combien de temps encore ?
Des années, des jours, des heures, combien ?
Je veux des histoires, des voyages...
J’ai tant de gens à voir, tant d’images..
Des enfants, des femmes, des grands hommes,
Des petits hommes, des marrants, des tristes,
Des très intelligents et des cons,
C’est drôle, les cons ça repose,
C’est comme le feuillage au milieu des roses...

Combien de temps...
Combien de temps encore ?
Des années, des jours, des heures, combien ?
Je m’en fous mon amour...
Quand l’orchestre s’arrêtera, je danserai encore...
Quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul...
Quand le temps s’arrêtera..
Je t’aimerai encore
Je ne sais pas où, je ne sais pas comment...
Mais je t’aimerai encore...
D’accord ?

"Le temps qui reste", JL Dabadie chantée par Serge Reggiani.

de Laureline

"Le règlement de comptes entre les hommes frustrés par une existence de plus en plus asservie, soumise, et la dernière, la plus grande image de liberté vivante qui existât encore sur terre, continuait à se jouer quotidiennement dans la forêt africaine (les éléphants...)

Mais quelles que fussent la difficulté et la multiplicité des tâches, il fallait se charger, en dépit de tous les obstacles, d’une besogne supplémentaire en s’encombrant encore des éléphants. Morel refusait de transiger là-dessus. Saboteur de l’efficacité totale et du rendement absolu, iconoclaste de la sueur et du sang érigés en système de vie, il allait faire tout son possible... Il défendait une marge où ce qui n’avait ni rendement utilitaire ni efficacité tangible, mais demeurait dans l’âme humaine comme un besoin impérissable, pût se réfugier."

Romain Gary, "Les racines du ciel", 1956.