LES CITATIONS

Pour poster, vous devez vous identifier

de Anonyme

Celui qui cherche à sauver sa vie la perdra.

SAINT-JEAN

de Anonyme

SAGESSE EGYPTIENNE

Est meilleur que perle et corail, le geste que l’homme dédie à l’homme.

(Ibn Al Habbab)

de Anonyme

"La beauté sauvera le monde"

Dostoïevski.

de Anonyme

"Lire Novalis ne peut rien apporter à sa gloire : c’est se faire honneur à soi-même et c’est se rendre un bienfait. Quiconque le mérite, en effet, est devenu un autre en quittant sa lecture, et cet "autre" ressemble beaucoup plus à celui que chacun se doit d’être."

Armel Guerne, dans la préface de sa traduction des "Oeuvres complètes" de Novalis. Gallimard.

de Anonyme

" C’est à chacun d’entre nous qu’incombe la tâche de changer le cours des choses, pour le meilleur, tous les jours, tous les jours qui passent. "

Hélène Grimaud, Les Victoires de la Musique Classique, 2004

de Anonyme

"Suivez votre coeur et des portes s’ouvriront, là où il n’existait auparavant aucune porte"

Joseph Campbell, Puissance du mythe.

de Anonyme

Emile Zola imagine ’"une religion nouvelle, la religion de l’homme, enfin conscient, libre et maître de son destin, (qui) balayait les anciennes mythologies, les symbolismes où s’étaient égarées les angoisses de sa longue lutte contre la Nature".

Emile Zola, dans son roman intitulé "Travail".

de Anonyme

Le psychologue américain Daniel Levinson appelle nos aspirations à l’âge adulte, le Rêve : "Quelle que soit la nature de son Rêve, le jeune homme à la tâche de le développer en lui donnant plus de clarté et en trouvant des moyens pour le vivre.
Il y a une grande différence dans son développement entre une structure de vie imprégnée et conforme à ce Rêve ou bien en contradiction avec lui. Si le Rêve reste déconnecté de sa vie, il peut simplement disparaître et avec lui la sensation de vivre
et d’avoir un but."

Daniel Levinson, "Seasons of a Man’s Life".

de Anonyme

"N’importe quel individu qui, chaque jour de sa vie, consacrerait ne serait-ce que vingt minutes à lire de la poésie, c’est-à-dire à la pratiquer, s’en trouverait profondément changé, et libéré."

Stéphane Audeguy, "Petit éloge de la douceur".

de Anonyme

A quoi bon se tuer à naître si ce n’est pour connaître le plaisir ?

Amélie Nothomb